Ensemble Convivencia

Friederike Schulz                     | soprane, vièle à archet          Bernard Revel                           | alto, luth, guiterne          Stéphan Olry                             | ténor, percussions                    Xavier Bazoge                           | basse, guitare

La convencia ou le vivre ensemble est le terme qui décrit la période de l'histoire de l'Espagne entre 711 et 1492 : musulmans, chrétiens et juifs vivaient en paix et les idées culturelles s'échangeaient dans la tolérance et le respect.

Il y a 30 ans, dans la prestigieuse Schola Cantorum de Bâle, Bernard Revel et Friederike Schulz fondent l'Ensemble Convivencia avec le souci d'unir leurs expériences musicales et théâtrales, acquises à l’École Jacques Lecoq à Paris et aux Conservatoires de Perpignan et de Barcelone.

Implanté à Strasbourg depuis 1992, les créations se succèdent : La Farce de Maistre Pathelin, Le Roman de Renart, La Nef des Fous, Le Capitaine Fracasse, La Bella Franceschina… et de nombreux concerts sont donnés en Europe, aux Etats Unis et en Amérique du Sud.

L'Ensemble a obtenu en 2004 le Grand Prix du Jury de la Fondation Alsace, la plus prestigieuse des récompenses de la Fondation. Des enregistrements ont été édités sous les labels Empreinte Digitale, Hoepfner Record, Editions du Sablier.

La musique du CD Troubadours a été choisi pour le film Kingdom of Heaven de Ridley Scott. LA chanson "Chansoneta farai vencut", chantée pas Friederike Schulz y a connu un très grand succès.

Depuis 2001, avec la création du quatuor vocal, l’ensemble s’est orienté vers la musique polyphonique et à la musique traditionnelle en Europe occidentale, comme les Chants de Carnaval au Temps de Laurent de Medicis : la tradition populaire du Carnaval puise ses sources dans le besoin inhérent à l’homme de trouver un chant d’expression à sa liberté. C’est dans ce contexte qu’ont pu fleurir les Canti, chants populaires du mois de Mai, sous la Renaissance de Laurent de Médicis. En effet, tout le talent de cet homme d’Etat d’exception réside dans le fait d’avoir su sortir l’Art du palais pour en faire profiter le peuple.

Programme

Che bella vita

Chants de carnaval de Lorenzo di Medici

Laude spirituale

Polyphonies de Heinrich Isaac, Josquin Desprez, Angelo Poliziano, Agricola